Vous êtes ici

Une ville entre terre et mer

La géographie explique souvent l’histoire.
Coupée de l’arrière-pays par un cirque collinaire qui limitait son expansion, Marseille s’est développée en se tournant essentiellement vers la mer. Chacun entretient ici un rapport particulier avec elle. Qu’il soit lié à son histoire personnelle, celle d’ancêtres plus ou moins lointains abordant les rivages du Lacydon pour s’agréger à la communauté marseillaise, ou tout simplement parce qu’elle a toujours fait rêver d’un ailleurs, à l’image du Marius de Pagnol.

Avec ses 54 km de façade maritime et ses 10 000 hectares d’espaces verts et naturels sur les 24 000 hectares que compte la commune, la deuxième ville de France jouit d’un environnement exceptionnel.

Très sensible à sa préservation, Marseille a obtenu, en 2012, la création du premier parc national péri-urbain d’Europe avec le Parc national des Calanques. Couplé aux zones classées Natura 2000 de l’archipel du Frioul, c’est l’ensemble du littoral naturel marseillais et les massifs qui forment une couronne verte autour de la ville, leur faune et leur flore qui se trouvent ainsi protégés.

Le milieu marin fait l’objet des mêmes attentions. Opération pilote en Méditerranée, l’immersion de 401 récifs artificiels dans la rade de Marseille s’est traduite, l’espace de six ans, par l’augmentation de 246% de ses richesses halieutiques.

Plus largement encore, la ville s’est engagée, depuis 2008, dans une politique de développement durable illustrée par l’adoption d’un Plan climat territorial. Celui-ci affiche l’objectif ambitieux de réduire de 20% les consommations énergétiques, de 20% les émissions de gaz à effet de serre et de porter la part des énergies renouvelables à 20%.

Largement dispensée auprès des plus jeunes, l’éducation à l’environnement est un signe fort de la détermination municipale à préserver et à transmettre aux générations futures cette qualité de vie à nulle autre pareille.

Nos webcams

Réseaux sociaux

 

Suivez nous sur Facebook !

 

  Live Tweet