n°247 - Marseille au long des rues
Previous Page  9 / 129 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 9 / 129 Next Page
Page Background

La réouverture du site archéologique

de la Bourse et la valorisation du musée

des Docks romains

En septembre 2009, sous l’impulsion de l’Adjoint

au maire chargé du patrimoine, André Malrait, le

site archéologique de la Bourse, classé Monument

Historique, est enrichi de dispositifs explicatifs et

illustrés tandis qu’une nouvelle entrée est réalisée

rue Henri-Barbusse dans l’axe de la voie antique.

La nouvelle visibilité du musée permet une hausse

de fréquentation de près de 30%. Cette ouverture

n’est utilisée que jusqu’en décembre 2010, quand

le musée et le site ferment pour une vaste rénova-

tion engagée par la Ville de Marseille. L’ambition

est de rouvrir pour l’événement

Marseille-Provence

2013, capitale européenne de la Culture

.

Dans le même temps, la Ville lance un diagnostic

sanitaire sur le musée des Docks romains, cet autre

site archéologique classé Monument Historique et

situé au contact direct de la

Voie historique

, rue

Caisserie. Le projet vise à connaître les condi-

tions de conservation de cet entrepôt romain et

des collections d’archéologie sous-marine qu’il

abrite. Cette opération est menée par Annie Phi-

lippon, conservateur du musée d’Archéologie

méditerranéenne, dont dépend alors le musée des

Docks romains.

D’un musée d’Histoire urbaine

à l’Histoire de la cité

Après des délais records en terme de chantier (trois

ans), le musée d’Histoire de Marseille totalement

rénové rouvre ses portes en septembre 2013. Se

déployant sur 15 500 m

2

tout autour du site archéo-

logique traversé en son milieu par la

Voie historique

,

le musée entend être une porte ouverte sur la cité

et donner, à travers l’histoire de la plus ancienne cité

de France, des clés de lecture pour comprendre la

ville d’aujourd’hui. L’emprunt de cette voie permet-

tant cette lecture, il convient de la valoriser comme

un lieu de promenade patrimoniale.

Aussi, en décembre 2013, le Conseil municipal de

la Ville de Marseille décide la création de la

Voie

historique

en s’appuyant sur le musée d’Histoire qui

raconte la très longue existence de Marseille mais

aussi sur trois autres lieux qui traitent de sujets plus

ciblés : le musée des Docks romains consacré au

commerce antique, le Mémorial de la Marseillaise

centré sur l’Hymne national et l’Histoire de la Révo-

lution française, et enfin le Mémorial des Camps

de la Mort réorienté sur l’Histoire de la Seconde

Guerre mondiale à Marseille, projet sur lequel le

musée d’Histoire proposera prochainement un

Projet Scientifique et Culturel

(fig. 4)

.

Cette valorisation permet au musée d’Histoire de

Marseille d’avoir un lien virtuel et matériel avec

la cité.

L’extension numérique de la Voie historique

Grâce au mécénat de la Société des Eaux de

Marseille, le musée d’Histoire rénové a pu faire

l’objet d’un programme multimédia innovant dans

son parcours d’exposition permanente afin de

contextualiser de manière claire et ludique les

4 000 pièces présentées au public.

A contrario,

un certain nombre de ces pièces issues de la

Voie

historique

est «embarqué» grâce à une applica-

tion numérique.

Celle-ci est unique en France par la période concer-

née, par son contenu, par ses intervenants et par

sa libre accessibilité. Développée par les sociétés

Innovision, Orbe et Les Films du Soleil, elle est

sous le contrôle scientifique du musée d’Histoire

et d’une quarantaine de spécialistes de l’histoire

de Marseille. Disponible dans sa totalité sur smart-

phone et tablette et téléchargeable gratuitement,

l’application de la

Voie historique

invite le curieux

à s’y balader et à saisir tout son intérêt patrimonial

grâce d’une part à des courtes séquences audiovi-

suelles diffusant des commentaires de spécialistes,

des films d’animations, des images d’archives et

d’autre part grâce à des modèles 3D aquarellés

et géolocalisés évocateurs de la ville à diverses

époques. Il est ainsi possible de se retrouver plongé

dans des paysages anciens tels qu’on peut les

restituer aujourd’hui au regard des connaissances

disponibles

(fig. 2 et 5)

.

I

08

I

FIG. 5 :

EVOCATION 3D DE L’ÉGLISE DES ACCOULES ET DE SON ENVIRONNEMENT

VERS 1500 EXTRAITE DE L’APPLICATION NUMÉRIQUE DU MUSÉE D’HISTOIRE

DE MARSEILLE.

© VILLE DE MARSEILLE – RÉALISATION INNOVISION/ORBE