Previous Page  8 / 129 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 8 / 129 Next Page
Page Background

La pertinence de cet axe s’impose d’ailleurs au

moment des destructions et des reconstructions.

La rue Caisserie révèle ainsi son lien très fort avec

l’escarpement naturel qui sert de frontière entre les

zones détruites en 1943 et les zones préservées

(fig. 3)

.

LA RÉVÉLATION DE LA VOIE HISTORIQUE

DE MARSEILLE

Lorsque l’on arpente de nos jours cette

Voie Histo-

rique

, il est difficile d’imaginer que l’on emprunte

l’une des plus anciennes rues de France. Mais il

semble que sa perception et sa fréquentation par

les touristes et les Marseillais évoluent. Les nou-

velles enseignes le long de cette

Voie historique

en témoignent : restaurants, cafés, antiquaires,

marchands de souvenirs et de produits régionaux.

Elle devient de plus en plus le lieu d’une promenade

entre le Vieux-Port et le quartier du Panier, et entre

le pôle touristique majeur du MuCEM / Fort-Saint-

Jean et le musée d’Histoire de Marseille. Malgré

des contraintes fortes qui pèsent sur la lisibilité et

le confort de cette voie urbaine pour les piétons, ne

serait-elle pas en train de redevenir un axe struc-

turant dans une nouvelle manière de vivre la ville

ancienne ? Elle a le potentiel pour devenir un axe

majeur, patrimonial et touristique de Marseille.

Les premiers pas touristiques et patrimoniaux

En 1983, l’ouverture au public du site archéologique

de la Bourse et du musée d’Histoire de Marseille

rend accessible la porte hellénistique de Massalia

et la voie qui la franchit. Il est à noter que l’entrée

du site archéologique, alors dénommé

Le Jardin

des Vestiges

, est dans l’axe de la voie antique, rue

Henri-Barbusse. Des centaines de milliers de per-

sonnes découvrent, mais sans les outils d’interpré-

tation nécessaires, l’entrée de la ville antique, son

port, ses fortifications et sa voie romaine. A la fin

des années 1990, la fermeture de l’entrée du

Jardin

des Vestiges

, qui est alors plus fréquenté comme

un square municipal qu’en tant que site patrimonial,

scelle une perte de lisibilité dont vont pâtir le site

archéologique et le musée d’Histoire de Marseille.

Auparavant, des circuits pédestres touristiques

et patrimoniaux sont mis en place par l’Office

de tourisme et l’Atelier du Patrimoine. Le musée

d’Histoire de Marseille, le musée du Vieux Mar-

seille installé dans la Maison Diamantée, le musée

des Docks romains et le Mémorial des Camps de

la Mort proposent des circuits thématiques com-

mentés dans les quartiers qui les entourent mais

la

Voie historique

, n’est pas identifiée comme telle.

I

07

I

FIG. 4 :

LA VOIE HISTORIQUE ET SES JALONNEMENTS