n°247 - Marseille au long des rues
Previous Page  129 / 129
Information
Show Menu
Previous Page 129 / 129
Page Background

Je m’abonne

à compter

du numéro

4 numéros

26 euros

1 numéro

8 euros

Vous pouvez aussi souscrire

votre abonnement en ligne

sur

Marseille.fr/siteculture

(onglet le kiosque)

Nom :

Prénom :

Adresse :

Code Postal :

Ville :

Ce bulletin, à l’usage des seuls

nouveaux abonnés, est à retourner

accompagné de votre réglement

par chèque (libellé “Trésor public”) à :

Revue Marseille

Direction de la Communication

et des Relations Publiques

Immeuble Communica

2, place François Mireur

13233 Marseille cedex 20

revuemarseille@mairie-marseille.fr

BULLETIN D’ABONNEMENT

I

128

I

On connaissait Jean-Paul Courchia, bril-

lant médecin marseillais, on appréciait

son talent de peintre figuratif inspiré,

auteur notamment de remarquables

marines, et voici qu’on le découvre, au

hasard d’un concours, auteur à l’imagi-

nation débordante, prêt à nous régaler d’un roman sur son «maître»,

Henri Matisse, qui devrait paraître l’année prochaine.

Tout a commencé par un concours amusant organisé par le club de

vacances Belambra pour récompenser le texte de carte postale le

plus original. Incollable sur Matisse, Jean-Paul Courchia s’est sou-

venu que le grand peintre avait effectué un voyage aux Etats-Unis

au début des années 1930. Il n’en fallait pas plus pour qu’il se glisse

dans la peau du maître, décide de tenir sa plume et imagine pour

lui un échange épistolaire avec Paul Audra, Directeur, à l’époque,

de l’Ecole Nationale d’Art Décoratif de Nice. Soucieux du moindre

détail, il a fait l’acquisition sur e-bay d’une carte authentique,

timbrée comme il se doit, représentant le Minnesota, fleuron de

la flotte de l’Atlantic Transport Line, sur lequel Matisse aurait pu

effectuer sa traversée transatlantique. Dans ce courrier, daté du 28

septembre 1930, le peintre demandait à son ami de lui trouver un

local adapté à la création de sa future œuvre,

«une scène de danse

avec quatre couleurs de base pour une peinture

«architecturale».

Avant de conclure, facétieux, qu’il espérait que ce courrier, confié

à l’aéropostale, parviendrait à temps à destination, tout au moins

avant 2014 !

On aura compris qu’avec de tels atouts, Jean-Paul Courchia ne

pouvait que remporter ce prix Belambra qui lui offre, outre un

séjour à la neige, l’opportunité de publier un roman avec l’appui de

l’écrivain Marie Lebey. Notre médecin marseillais s’est déjà attaqué

à l’intrigue. Cette histoire mettra en scène Matisse et l’arrière-

pays niçois sur fond de concours artistique. On ne change pas une

équipe qui gagne…

QUAND LE PEINTRE DÉVOILE

SES TALENTS ÉPISTOLAIRES

JEAN-PAUL COURCHIA

PAR PATRICE VANELLE