Previous Page  14 / 129 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 14 / 129 Next Page
Page Background

LA DÉCOUVERTE

En novembre 1974, au cœur de la ville, est mise au

jour une épave de bateau antique datant du début

du III

e

siècle. Des mesures sont prises pour la sau-

vegarder. Elle devient rapidement un symbole pour

Marseille dont la vie a toujours été tournée vers la

mer. En moins de trente jours, de minutieux travaux

de fouille sont entrepris en vue de la retirer de la

gangue de vase qui l’emprisonne. Des galeries sont

percées autour et sous l’épave afin d’en permettre

son extraction en un seul morceau par une grue de

forte puisance.

De nombreuses études (architecture navale, archéo-

logie nautique, identification des bois) permettent

de replacer le bateau dans son contexte historique

et naturel.

L’ÉPAVE

Elle consiste en un fond de navire marchand des en-

virons du II

e

siècle de notre ère. L’avant a été ampu-

té par une pelle mécanique pendant les fouilles. La

structure restante mesure 19 m 20 de long, 7 m 50

de large et pèse 20 tonnes.

Après 40 ans de service, le navire (plusieurs fois res-

tauré) fut coulé dans l’ancien port après avoir subi

une avarie importante. Toutes les pièces principales

furent récupérées. Le reste fut coulé sous 3 m d’eau

et sur fond de vase.

Alors qu’une récession économique touchait la Pro-

vence, l’extrémité du port, abandonnée à la naviga-

tion, s’envasa très vite et de manière définitive, avec

des apports marins et alluvionnaires, ces derniers

provenant des ruissellements drainant les déchets

dus à la vie suburbaine. Une couche compacte put

ainsi se former et servir de milieu de protection au

bateau jusqu’en 1974.

Les analyses de nombreux échantillons ont permis

d’établir l’inventaire des différentes essences de

bois utilisées.

I

13

I

LE MUSÉE D’HISTOIRE

Marseille

LE SAUVETAGE

ET LA CONSERVATION

DU BATEAU DE LA BOURSE

PAR

DANIEL DROCOURT,

Directeur de l’Académie des Sciences, Lettres et Arts de Marseille,

Directeur de l’Atelier du Patrimoine de la Ville de Marseille

PHILIPPE LARRAT

Ingénieur Usifroid

ET

GENEVIÈVE MEURGUES

Responsable du Laboratoire de naturalisation

Muséum national d’Histoire naturelle

APRÈS MISE EN PLACE DE L’ÉPAVE EN LIMITE DU CHANTIER ARCHÉOLOGIQUE,

ASPERSION QUOTIDIENNE PUIS IMMERSION.

© D. R.