n°242 - Les monuments historiques
Previous Page  6 / 129 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 6 / 129 Next Page
Page Background

LE MONUMENT HISTORIQUE,

ÎLOT DE PROTECTION

Nous le verrons plus loin, la notion de monument

historique, installée formellement avec la Révolu-

tion française, n’a cessé d’évoluer dans ses champs

typologiques et historiques ; elle laisse ouvertes

quelques perplexités, et un dialogue avec la légis-

lation sur les sites : comment ainsi protéger un jour

l’extraordinaire Canal de la Durance (le Canal deMar-

seille) dans sa totalité, dont les vestiges de la digue

de la prise d’eau initiale –de part et d’autre de l’an-

cien pont de Pertuis– ont été détruits récemment ?

L’Ile du Diable, au Nord-Ouest de Cayenne, vient de

bénéficier d’une mesure de classement au titre des

monuments historiques pour la totalité de sa super-

ficie, au-delà des constructions et aménagements

des bagnes, tandis que l’Ile de Dieu, ou plus jus-

tement l’Ile des Saints –Saint-Honorat à Lérins, au

large de Cannes, berceau du monachisme occiden-

tal– est classée au titre des sites avec quelques par-

ties classées au titre des monuments historiques.

A TRAVERS LE XIX

e

SIÈCLE

Le Service des monuments historiques est né poli-

tiquement et formellement en 1830 avec la création

du poste d’inspecteur général des monuments his-

toriques, confié au jeune historien et critique d’art

Ludovic Vitet, au rôle immédiatement essentiel, puis,

quatre ans plus tard et pour vingt ans, à l’étonnant

I

05

I

LES MONUMENTS HISTORIQUES

Marseille

DE LA LOI AU MONUMENT

PAR

ROBERT JOURDAN

Conservateur régional des monuments historiques

(ministère de la culture et de la communication)

La première prise de vue photographique connue de Marseille, réalisée dès

octobre 1839 par Horace Vernet (le petit-fils de Joseph Vernet), représente

son port, barré par le fort Saint-Jean et le fort bas de Saint-Nicolas, le fort

Ganteaume, saisi d’un point de vue à peu près comparable à celui retenu par le

grand peintre. Le Vieux-Port, monument premier au fondement de Massalia,

n’est pas protégé au titre des monuments historiques, il l’est au titre des sites

depuis 1932.

«IL EST IMPOSSIBLE DE VOIR RIEN

DE PLUS SALE ET DE PLUS JOLI».

PROSPER MÉRIMÉE,

MARSEILLE, SEPTEMBRE 1834

L’ANCIENNE ÉGLISE DES BERNARDINES.

© ANDRÉ RAVIX