n°237 - La clé du royaume, Marseille au XVIe siècle
Previous Page  129 / 129
Information
Show Menu
Previous Page 129 / 129
Page Background

BULLETIN D’ABONNEMENT

4 numéros

26 euros

1 numéro

8 euros

Je m’abonne

à compter

du numéro

Nom :

Prénom :

Adresse :

Code Postal :

Ville :

Ce bulletin, à l’usage des seuls

nouveaux abonnés, est à retourner

accompagné de votre réglement

par chèque (libellé “Trésor public”) à :

Revue Marseille

Direction de la Communication

et des Relations Publiques

Immeuble Communica

2, place François Mireur

13001 Marseille

revuemarseille@mairie-marseille.fr

Peintre, décorateur et illustra-

teur, prothésiste dentaire de

formation, le «Marseillais le plus

original du monde» a suivi ses

études secondaires à Mélizan. Il

fait, en 1948-1949, ses premiers

essais de décorateur de théâtre

dans la Compagnie des Quatre-

Vents, compagnie d’amateurs di-

rigée par GastonMouren, tout en

collaborant comme caricaturiste

à des journaux régionaux, puis

nationaux.

En 1956, il s’installe à Paris.

Ses activités artistiques se di-

versifient : décors et costumes

à l’Opéra de Strasbourg, pour

des théâtres parisiens (Mathu-

rins, Vieux Colombier) ou régio-

naux ; adaptation en B. D. (1966)

de

Zazie dans le métro

, roman de

Raymond Queneau, dont il a

prolongé les Exercices de style

par une série de 33 «Exercices

de style graphiques» ; il écrit

et illustre un conte fantastique

(

Saroka la Géante

, 1965). Son

génie concret entraîne (1965) la

réalisation de machines volantes

pour aller dans la Lune décrites

par Cyrano de Bergerac (l’une

d’entre elles est acquise par le

Musée Cantini en 1972).

En 1969, paraît son

Catalogue

d’objets introuvables

(rééd. 1999,

2010), détournant le

Catalogue

de

laManufacture d’Armes et Cycles

de Saint-étienne, qui a enchanté

son enfance. Il s’en explique :

«Les activités humaines sont in-

nombrables et variées. Certains

détournent des avions, d’autres des

fonds publics, ou la conversation.

Je préfère, quant à moi, détourner

de leur usage courant des objets

usuels. C’est moins dangereux, et

infiniment plus divertissant. [...]

Parfaitement inutilisables, ces ob-

jets sont le contraire de ces gadgets

dont notre société de consommation

est si friande.»

La complicité de quelques fabri-

cants ouverts à l’humour absurde

permet la réalisation de 200 de

ces objets : leur exposition fait

depuis 1972, le tour de toutes les

capitales, et reçoit desmillions de

visiteurs ; un

Catalogue d’objets

introuvables

– Tome 2 – com-

plète, en 1976, la série scandée

par le

Catalogue de timbres-poste

introuvables

(1972, rééd. 2011).

La même veine pseudo-informa-

tive se lit dans son

Petit supplé-

ment à l’Encyclopédie de Diderot et

d’Alembert

(1971).

Satrape du Collège de Pataphy-

sique, il est l’initiateur (1980)

de la résurgence de l’OuPeinPo

(Ouvroir de Peinture Poten-

tielle). C’est donc à la peinture

qu’il consacrait récemment ses

travaux, et là, il avait encore

beaucoup à nous étonner (

La

peinture au quart de tour

, 2000).

A bientôt, Jacques.

Marie Albe

128

Jacques Carelman

(Marseille 1929 - Argenteuil 2012)

Départ d’un pataphysicien :

Cafetière pour masochiste. Nous pensons

que [le dessin] l’objet est suffisamment

explicite pour ne pas s’appesantir sur des

détails qui pourraient s’avérer pénibles.

© Photo M2 M3

© D. R.

hommage