Previous Page  12 / 129 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 12 / 129 Next Page
Page Background

Comme pour beaucoup de villes

françaises, le début de la période

moderne à Marseille coïncide avec les

premiers documents iconographiques

conservés. Qu’il s’agisse de plans, de

vues cavalières ou de détails peints,

ils permettent d’avoir une image

un peu précise de la ville du XVI

e

siècle, de son urbanisme et de ses

monuments. Ils restent toutefois peu

nombreux, contrairement à ceux des

siècles suivants.

11

Nous commencerons notre étude de la

cité par l’analyse détaillée du premier

plan connu, celui de Pelloia, avant

d’examiner les deux autres documents

conservés aux Archives de Turin, dont

un plan inédit que nous avons décou-

vert dans ce fonds à l’occasion de cet

article, et la plus ancienne vue figurée

de Marseille, le tableau du

Prêche de

la Madeleine

. Dans un second temps,

nous nous concentrerons sur quelques

monuments dont nous avons conservé

une représentation précise grâce à la

vue d’Ercole Negro.

Le premier plan de Marseille

par Pelloia

A défaut de constituer un vrai plan de

la cité, le plan de Marseille dressé par

Pietro Angelo Pelloia

(1)

vers 1550 a

le mérite d’indiquer les îlots les plus

proches de la ligne de rivage (fig. 1). Une

analyse un peu précise s’impose pour

en vérifier la véracité. En commençant

par l’est, on note d’abord l’absence de

toute communication entre la ville et la

porte de la Calade à cette date. On ne

NOTES

(1)

M. Bouiron, M. de Candido, «Le premier plan de Marseille», revue

Marseille,

n°225, 2009, p. 20-21.

Urbanisme et monuments

de Marseille au XVI

e

siècle

à travers les sources iconographiques

par Marc BOUIRON

Directeur du Service Archéologie de la Ville de Nice,

chercheur associé au CEPAM (UMR 6130)

LA VILLE ET SON HABITAT

Fig. 1 : Détail du

plan de Pelloia

: l’espace urbain.

© Archivio di Stato di Torino