Previous Page  11 / 129 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 11 / 129 Next Page
Page Background

D’Aix, je fus à Marseille sur de très bons che-

vaux de relais, qui, moyennant vingt-cinq sols,

me firent faire cinq lieues fort gaillardement à

pied. Je vis donc ma chère et bien-aimée Mar-

seille pour la troisième fois, que j’aime mieux

ny que mon coeur ny que mes yeux; Marseille

ville sans pareille, où je fus jadis amoureux :

Marseille si sage et si belle,

Dont les habitans si courtois

Ont fait boire plus d’une fois

Nos Guabelliers et la Guabelle

(2)

;

Où les Faquins furent les Roys ;

Où les Massons portans truelle

Chantoient nos Edits et nos Loys,

Sur le chant de la Perronnelle

(3)

;

Marseille où, comme la chandelle,

A la livre on y vend le bois ;

Où Monsieur et Madamoiselle,

Pour s’allèger un peu du poids

De cette masse corporelle,

Vont fianter dessous les toicts ;

Où, du matin jusqu’à la brune,

la Mourre

(4)

occupe les cinq doigt ;

Où la basse et vile commune

Boit toute nuit, rotte et pétune

(5)

;

10

Marseille

Dassoucy est l’auteur du récit plein de fantaisie, en prose et en vers, d’un voyage entre

Paris et Turin (et Rome) effectué en 1655, écrit dix ou vingt ans plus tard et publié en 1677,

l’année de sa mort. Charles Coypeau sieur Dassoucy, «l’empereur du burlesque», était

un poète musicien itinérant (pour ne pas dire errant) escorté de ses pages. Outre ses

Aventures

, il produisit de nombreuses poésies satiriques ou burlesques et une comédie.

P. E.

© COLLECTION ÉCHINARD, D.R.

NOTES

(1)

Nous avons respecté l’orthographe et le français du temps.

(2)

En les jetant dans la mer.

(3)

C’est-à-dire : s’en

moquaient.

(4)

Jeu qui consiste à lever autant de doigts que l’indique celui qui commande.

(5)

Fume.

(Paris, 1605-1677)

Séjour à Marseille

(1)

(

Les avantures de Monsieur Dassoucy

, 1677)

DASSOUCY

CHARLES COYPEAU SIEUR

ILS ONT ÉCRIT SUR MARSEILLE

XVII

e

SIÈCLE

© MUSÉE D’HISTOIRE DE MARSEILLE MHM98 11 32

Vue de la tour du Port

(

Veüe

de la tour du port de Marseille

)

eau-forte d’Israël Silvestre.

XVII

e

siècle