n°223 - La mer
Previous Page  8 / 129 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 8 / 129 Next Page
Page Background

7

Paris mis à part, l’Europe n’identifie en France

que trois zones métropolitaines: Lille (avec Rou-

baix et Tourcoing) Lyon (avec Saint-Étienne et

Grenoble) et Marseille (avec

Aix-en-Provence et Tou-

lon). Avec réalisme et mo-

destie, rappelons que ce

«Grand-Marseille» ne sera

guère que l’une des 500

agglomérations de plus d’un

million d’habitants que

compte aujourd’hui la pla-

nète (avec une nouvelle ville de ce rang toutes

les quatre semaines !). Elle devra donc faire tous

ses efforts pour y tenir son rôle, surtout en

s’ouvrant sur le monde.

Demain…

Des relations rapides

Dans un contexte nécessairement européen,

Marseille doit rapidement bâtir avec ses voisines

et sa couronne immédiate, un ensemble dans le-

quel des activités économiques majeures et des

pôles de compétitivité créateurs d’emplois pour-

ront se développer en sachant établir et faire

fonctionner entre elles des relations rapides, ce

qui, dans une perspective surtout méditerranéen-

ne est essentiel pour les grandes villes côtières

des pays du sud de l’Europe. Ailleurs, des struc-

turations informelles se mettent en place dans la

nouvelle Europe de l’Est, en Scandinavie, en Eu-

rope Atlantique par exem-

ple. Chez nous, des coo-

pérations s’établissent déjà

entre les métropoles litto-

rales d’Europe depuis le

Portugal, le sud de l’Es-

pagne et jusqu’en Italie, en

Grèce, à Malte, sans oublier

de futures coopérations

éventuelles avec la Turquie et le Liban par exem-

ple. Une telle structure stratégique reliant direc-

tement par chemin de fer à grande vitesse les cen-

tres des métropoles littorales est fonctionnelle au

Japon depuis quarante ans, avec la redoutable

efficacité et le succès que l’on sait. Elle permet

une circulation fluide et rapide des hommes et

des idées, une ouverture facile et multiple sur le

monde. A nous de construire une structure iden-

tique au sud de l’Europe autour de cette colonne

vertébrale ferroviaire, de bâtir un Japon sur les

rives de la Méditerranée, d’y réaliser une avenue

européenne. Si nous ne le faisons pas nous-

mêmes, les autres ne le feront pas à notre place.

Une grande avenue : ce sera la vraie frontière et

la charnière sud de l’Union.

©CONSTRUCTA

Les Quatre Tours

du programme

«SAS Suède»

culmineront à plus

de 100 mètres

Les relations de Marseille

avec la mer ont notablement

changé, vers plus de tourisme,

plus de croisières, plus

de plongée, plus de protection

des milieux naturels…