Previous Page  7 / 129 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 7 / 129 Next Page
Page Background

Brève histoire des découvertes

Le quartier du Panier recèle la quasi-totalité des

mosaïques étudiées, cependant il faut signaler que

cette technique est aussi attestée, mais très furti-

vement, à l’extérieur des murs de la cité. Des tes-

selles sont régulièrement retrouvées lors de

fouilles archéologiques dans les quartiers péri-

phériques comme la Bourse, Belsunce, Sainte-

Barbe ou la Joliette. Très éparpillés, ces petits ob-

jets montrent l’usage de mosaïques hors la ville,

mais on ne sait si elles étaient placées dans des

maisons ou dans des édifices publics ou funérai-

res. D’autres fragments plus éloignés mais hélas

perdus (LaMadrague, les Aygalades, Saint-André)

signalent des villae rurales ou maritimes qui con-

firment la romanisation du territoire de Massilia.

C’est donc dans l’emprise de la ville antique que

nous retrouvons lamajorité des pavements de sols

mosaïqués avec près de 50 exemplaires retrouvés

entre 1831 et 2008 ! Au XIX

e

siècle, les grands

travaux haussmanniens, comme le percement de

la rue Impériale (rue de la République), qui bou-

leversent le quartier ne relatent aucune découver-

te de ce type. On fera exception de la mention

furtive vers 1870 de tesselles polychromes à

l’église des Carmes sans autre explication. Or, en

1831, derrière l’actuel Hôtel de Ville, lors de la

construction de la nouvelle halle aux poissons,

un panneau polychrome avait été extrait du sol,

il est aujourd’hui exposé au Musée des Docks.

Intitulé «La Baigneuse», ce fragment figuré est

encore de nos jours le seul exemple de mosaïque

figurée avec personnage de Marseille ! Vingt ans

plus tard, pendant la construction de la nouvelle

cathédrale, des mosaïques antiques sont exhu-

mées. Certaines, avec tesselatumd’époque romai-

ne, furent récupérées, mais pour celles, en tesse-

latum polychrome, appartenant au baptistère

paléochrétien, nous ignorons ce qu’elles sont de-

venues.

Il faudra attendre plus d’un siècle pour que Fer-

nand Benoit, alors Directeur des Antiquités, pren-

ne en compte, à l’occasion de sondages archéolo-

giques motivés par le programme de

reconstruction de la rive nord du Vieux-Port, et

mette au jour de nouveaux sols décorés qui

révèlent l’urbanisation antique de cette partie bas-

se du quartier. À cette occasion, il recense et dé-

pose de nombreux témoins des pavementsmosaï-

qués. Malheureusement, une faible part de ces

judicieux prélèvements a intégré les collections

publiques actuelles.

À partir de 1985, avec lamultiplication des opéra-

tions d’investigations dans le sous-sol du Panier,

l’équipe d’archéologues municipaux puis des

équipes de l’Inrap fouillent, déposent et invento-

rient des pavements dont l’étude détaillée précise

les modalités techniques, décoratives et les chro-

nologies. Les dates d’installation, d’utilisation et

6

Découverte

de la Mosaïque de

la Baigneuse

©CL.M.MOLINER

1831