n°220 - Quartiers d'hier et d'aujourd'hui
Previous Page  11 / 129 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 11 / 129 Next Page
Page Background

Fouilles du Tunnel

de la Major,

opus signinum

Fouilles de

l’îlot Bon-Jésus,

opus signinum

du I

er

siècle avant notre ère. Il a été prélevé par

des spécialistes et est en cours de restauration

comme le pavement suivant. En 1992, dans l’îlot

Bon-Jésus, P. Reynaud (Inrap) dégage une partie

de maison romaine dont les orientations sont

identiques à celles de l’habitat romain de la place

des Pistoles. Une pièce livre un sol conservé sur

4 m

2

soit environ 30 % de sa surface. La stratigra-

phie place ce sol à nouveau à l’époque augustéen-

ne. Le décor est composé

d’un sol à incrustations

irrégulières d’éclats de

marbre avec tapis central

de 1,20 m de côté bordé

de tesselles blanches en-

cadrant un semis régulier

de croisettes composées

de quatre tesselles noires

encadrant une tesselle blanche centrale. En 2001,

sur la fouille du tunnel de la Major une équipe

de l’Inrap dirigée par Fr. Conche et O. Maufras

retrouve des fragments mal conservés d’un sol

daté par les fouilleurs du I

er

siècle ap. J.-C. Quoi-

que très partiel, ce sol en opus signinum révèle

un décor particulier connu dans le monde gréco-

romain et même en Provence (à Glanum par

exemple). Le tapis central traité en tesselles blan-

ches est composé de lignes parallèles de svatikas

liées en alternance avec des carrés pointés et bor-

dé au sud par un motif de quadrillage losangé

peut-être placé à l’entrée. Les fragments ont été

consolidés et prélevés puis déposés au dépôt ar-

chéologique municipal comme le sol suivant.

Tout récemment, en 2005, à l’occasion des tra-

vaux de la rue de la République, une nouvelle

équipe de l’Inrap dirigée par B. Sillano a retrouvé

et fouillé un très beau pavement demaison urbai-

ne en opus signinumdans de difficiles conditions

de travail sous la rue François-Moisson. Le pave-

ment est incomplet, mais l’organisation du décor

est tout à fait perceptible

dans sa globalité. En effet,

ce sol, toujours régis par

l’incorporation de tessel-

les dans un mortier, pré-

sente un décor encore

géométrique mais très

varié et inédit. Inédit dans

sa composition et dans la

polychromie mise en œuvre où d’autres couleurs

que le noir et le blanc apparaissent. Le tapis cen-

tral est composé d’incrustations irrégulières de

couleur tandis que la bordure est agencée avec

des lignes parallèles de tesselles sur trois côtés.

Sur le quatrième côté, au niveau de l’entrée, un

motif réticulé, recoupé par des lignes parallèles

qui enserrent des croisettes noires et blanches.

Enfin sur les trois autres côtés une bordure

d’éclats régulièrement disposés complète le dé-

cor. Les fouilleurs datent le sol de cette pièce de

réception de plus de 25 m

2

restitués entre 50

av. J.-C. et 50 après.

10

©CL.P.REYNAUD

©CL.T.MAZIERS

Détail d’opus signinum

de la rue des Pistoles,

crustae et croisettes

en 2005, à l’occasion des travaux

de la rue de la République,

une équipe de l’Inrap dirigée par

B. Sillano a retrouvé et fouillé

un très beau pavement de maison

urbaine en opus signinum.

©CL.M.MOLINER

2001

1992