Previous Page  10 / 129 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 10 / 129 Next Page
Page Background

Détail d’opus signinum

à croisettes,

fouilles Fd. Benoit

rue Négrel

Opus signinum à décor

de semis de croisettes,

découvert à La Major

Le monument

votif de la rue

des Phocéens

Opus signinum

de la rue des Phocéens,

avec l'inscription «Bienvenue»

en langue grecque

après sa découverte. C’est un siècle plus tard que

d’autres pavements dumême type sont exhumés,

fouillés et certains fragments prélevés par

F. Benoit lors des fouilles du Vieux Port dans les

années 1950. Ce savant prend conscience de la

spécificité de ce matériau, relativement fréquent

dans les vestiges romains qu’il dégage. Cepen-

dant, si ses archives de fouilles recèlent de nom-

breux renseignements (localisation, typologie,

chronologie), peu de fragments sont conservés.

À partir des éléments retrouvés qui ont échappé

aux vicissitudes des divers déménagements des

collections, l’on peut distinguer parmi d’autres

types de pavements dûment prélevés par

F. Benoit (nous les évoquerons plus loin), des dé-

cors précis. Signalons à l’ancienne rue Négrel des

sols à semis de croisettes, ou des fragments mal

localisés à décor de lignes parallèles ou d’hexa-

gones et carrés imitant sans doute un carrelage.

L’archéologue plaçait la construction de ces «bé-

tons mosaïqués», selon son expression, au I

er

siè-

cle de notre ère.

Lors des fouilles des vingt dernières années,

d’autres pavements sont exhumés qui révèlent

un usage important de ce traitement de sols dans

la ville antique à partir de la fin du I

er

siècle av.

J.-C. En effet, plusieurs chantiers archéologiques

ont donné des mosaïques conséquentes de ce

type dont la technique est conservée durant des

siècles mais dont le décor varie peu, et ceci tou-

jours dans un répertoire géométrique. Aucune

figuration humaine, animale ou végétale n’est

connue à ce jour.

En 1989, sur les fouilles de l’actuelle place des

Pistoles, M. Moliner et L.-Fr. Gantès retrouvent

les traces de l’urbanisme primitif du quartier avec

des voies est-ouest, un habitat d’époque grecque

puis un îlot d’époque romaine augustéenne dans

lequel s’organisent des pièces toutes dotées de

sols maçonnés. Disposés selon des orientations

cardinales strictes, la plupart de ces sols sont en

béton de tuileau sans décor, mais certaines pièces

sont à pavements décorés, dont une, qui se pour-

suit sous l’actuelle rue Rodillat, a livré un opus

signinum conservé sur 14 m

2

, soit près de la moi-

tié de sa surface [2]. Un décor très épuré est des-

siné, avec un semis régulier, mais lâche de crus-

tae, c’est-à-dire d’éclats de pierres colorées taillées

en losange et insérées régulièrement. Ce sol est

daté par la stratigraphie des dernières décennies

9

© INFOGRAPHIEM.MOLINER

©CL.M.MOLINER

©REPRODUCTIONDANSROUSTAN1905

©CL.M.MOLINER

1854