n°213 - Des écrivains dans la ville
Previous Page  5 / 257 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 5 / 257 Next Page
Page Background

La Canebière

et la forêt de mâts

dans le Vieux-Port,

photo de Camille

Brion, 1869

Mémorialistes, journalistes,

nouvellistes ou romanciers,

d’autres Marseillais, anonymes

ou célèbres en leur temps,

se sont approprié tout au long

du XIX e siècle la langue

nationale avec talent et esprit.

JULIE PELLIZZONE,

MÉMORIALISTE DE MARSEILLE

page 22

UN TERRIBLE POLÉMISTE,

LE MARSEILLAIS BARTHÉLEMY

page 26

LE MARSEILLAIS SELON JOSEPH MÉRY

page 34

UN INCONNU CÉLÈBRE, LÉON GOZLAN

page 40

LOUIS REYBAUD,

L’AUTEUR DE JÉRÔME PATUROT

page 45

HORACE BERTIN, GRAND TÉMOIN

DU VIEUX MARSEILLE

page 48

LE XIX

e

SIÈCLE

Reflets naturels d’une ville

où la grande majorité de

la population s’exprime encore

au quotidien dans la langue

locale, le théâtre et la chanson

ont recours à l’idiome natal

dans le premier XIX e siècle.

LE THÉÂTRE DE MARSEILLE

ET L’IDIOME NATAL

page 5

VICTOR GELU, POUETO

DOU POPLE DE MARSIHO

page 10

GUSTAVE BÉNÉDIT,

DU CONSERVATOIRE AUX «NERVIS»

page 16

COLL.MUSÉED’HISTOIREDEMARSEILLE©VILLEDEMARSEILLE

1869

POLÉMISTES ET CHRONIQUEURS

AU XIX

e

SIÈCLE

QUAND ON PARLAIT ET ECRIVAIT

“EN MARSEILLAIS”