Vous êtes ici

A la découverte du 5e arrondissement

Située aux confins des 1er, 5e et 6e arrondissements, la place Jean-Jaurès, baptisée en 1919, repose dans le Camas, un quartier au coeur du secteur de "La Plaine", l’une des sept collines marseillaises servant à désigner communément ce haut-lieu de vie. Très prisés des habitants et indissociables du Cours Julien et de l’église Notre-Dame-du-Mont qu’ils jouxtent, ses 19 000 m² accueillent aujourd’hui un grand marché très fréquenté (les mardis, jeudis et samedis, le mercredi étant consacré aux fleurs), après avoir été jusqu’en 1972 le lieu de rassemblement des agriculteurs et des importateurs grossistes. Avec son aire de jeux pour les enfants, ses terrasses de cafés et son parking souterrain qui en facilite l’accès, cette place est autant animée par les familles et les badauds en journée que prisée par les noctambules dès le coucher du soleil. Dans le cadre de la grande opération de renouvellement urbain visant à améliorer la qualité résidentielle et l’attractivité du centre-ville, elle fera bientôt l’objet d’une réhabilitation. Ce qui aura pour conséquence de lui donner une nouvelle jeunesse dont pourra profiter toute la population.


À quelques encablures de là, en traversant les quartiers de Baille et de La Conception qui complètent le 5e arrondissement, les curieux ne manqueront certainement pas le détour par Saint-Pierre. Une fois franchi la rivière souterraine du Jarret, autrefois séparatrice entre les milieux urbains et agricoles, puis le site hospitalo-universitaire de La Timone, les curieux trouveront là de quoi assouvir leur soif de connaissance. Depuis 1855, ce quartier dont la rue éponyme qui descend de La Plaine est la plus longue de Marseille (3 400 mètres), accueille le cimetière qui est à la fois le plus grand de Marseille et la troisième nécropole de France.
Exceptionnel par la qualité de ses sépultures réparties sur une surface de 63 hectares, ce cimetière regorge de curiosités. À commencer par l’une des tombes les plus visitées, en l’occurrence celle de la famille Lains. Oeuvre de l’Italien Buselli, cette sculpture représente le veuf meurtri par le décès de son épouse à l’instant où il lui donna son dernier baiser. Moult personnalités y reposent, telles que le créateur de l’apéritif Picon, le compositeur Ernest Reyer, les peintres Émile Loubon, Pierre Ambrogiani, Valère Bernard, Charles Camoin, Antoine Gianelli ou le sculpteur Paul Gondard. La chanteuse et pianiste Nina Simone, installée près d’Aix en 1993, y fut crématisée en 2003.
 


L’info insolite
Les passionnés d’architecture ou des tombes remarquables de personnages célèbres qui ont marqué l’histoire bénéficient d’un service pratique mis en place par la Ville de Marseille. Grâce à un site très performant, adresses, horaires et renseignements pratiques s’offrent aux visiteurs en quelques clics seulement. À l’application qui permet de télécharger les plans d’accès aux sépultures des 177 000 défunts enregistrés depuis 1998, s’ajoutent des bornes interactives placées aux entrées des trois grands cimetières marseillais, à savoir Mazargues, Le Canet et Saint-Pierre.

Crédits photos : ARCHIVES DE MARSEILLE 18 FI 18

 

Nos webcams

Réseaux sociaux

 

Suivez nous sur Facebook !

 

  Live Tweet