Vous êtes ici

Marseille se réapproprie la mémoire de la famille Rostand

31 mars 2017

Samedi 1er avril, a été inaugurée la restauration de la tombe de la famille Rostand, au carré 19 de la Pinède du cimetière Saint-Pierre (5e).

La tombe de cette grande famille marseillaise, qui compte plusieurs générations d'entrepreneurs, de banquiers, de musiciens et d'hommes de lettres, a subi les outrages du temps.

Voulant sauver cet élément du patrimoine marseillais et rendre, ainsi, hommage à la famille Rostand pour son action en faveur du développement et du rayonnement de la cité phocéenne, la ville de Marseille a soutenu l'association des "Amis du musée Cyrano de Bergerac" afin d'entreprendre des travaux de rénovation indispensables.

Cette restauration s'inscrit dans le cadre de l'initiative "Edmond Rostand 2018", label donné aux évènements culturels qui seront organisés l'année prochaine, pour fêter le 150e anniversaire de la naissance à Marseille du célèbre écrivain, et commémorer le centenaire de sa disparition.
 

Edmond Rostand : le fils de Marseille

Edmond Rostand est né à Marseille le 1er avril 1868. Mort à Paris le 2 décembre 1918 à l'âge de 50 ans, c'est au cimetière Saint-Pierre de Marseille, dans le tombeau familial, qu'il repose pour l'éternité.

Cet écrivain, dramaturge, poète et essayiste, est issu d'une famille de la haute-bourgeoisie marseillaise, commerçante et banquière, qui a joué un rôle important au XIXe siècle dans la vie à la fois culturelle, économique et politique de Marseille.Son arrière grand-père Alexis-Joseph Rostand a été maire de Marseille et président de la Chambre de commerce. Son père Eugène a dirigé la Caisse d’épargne.

Elu à l’Académie française en 1901, Edmond Rostand écrit, entres autres ouvrages, "Les Romanesques", "La Princesse Lointaine", "La Samaritaine" et "L'Aiglon". Mais, c'est l'histoire malheureuse de Cyrano, affligé d'un appendice nasal proéminent, et de son amour impossible pour sa cousine la belle Roxane, qui font de lui une figure incontournable de la littérature française. "Cyrano de Bergerac" est la pièce de théâtre française la plus jouée dans le monde même un siècle après sa création.

"Monté" jeune à Paris, il n’est jamais vraiment revenu dans sa ville natale même si on trouve dans ses écrits une certaine nostalgie pour elle.

Marseille lui a rendu hommage, le 20 février 1919, par des obsèques grandioses. Son corps, ramené dans la ville après sa mort, a été exposé dans la grande salle du Palais Carli, transformée en chapelle ardente.
Une plaque est apposée à l’entrée de sa maison natale au 14, rue Montaux (6e) devenue, le 18 novembre 1919, la rue Edmond-Rostand.
En 1930, un monument, sculpté par Paul Gondard, lui est dédié au parc Chanot et son buste, signé Jacqueline Sarto, trône dans le square voisin qui porte son nom.

 

 

 

Accès rapides

Réseaux sociaux

 

Suivez nous sur Facebook !

 

  Live Tweet